Skip to content

Bradbury : bilan troisième semaine, du mieux !

Plop !

Une semaine (plutôt) tranquille. J’ai terminé depuis mercredi soir. Ce bilan de la semaine 3 est donc principalement positif. Pour information, je pense sortir le premier article pour te parler d’autre chose que du Bradbury dans la semaine prochaine.

Une super semaine…

Alors je ne sais pas si cela m’a vraiment aidé, mais j’avais déjà eu l’idée de cette nouvelle dans la semaine dernière. Je ne cache pas qu’encore une fois, certains de mes travers ont refait surface, mais cela s’est globalement bien passé. (malgré les nombreuses remarques de korinne sur le texte qui m’a encore bien aidé)

Tout d’abord, j’ai pris la décision de faire enfin une nouvelle à la première personne. Comme je l’avais dit dans l’article précédent, j’ai essayé de transposer l’action dans un contexte original. Dans cette nouvelle, nous suivons les pérégrinations de Squaldrino, un extra-terrestre, qui arrive avec tous les siens sur une planète habitée.

Tu peux retrouver la nouvelle entière ici : Le rocher dressé [Bradbury semaine 3]

…Mais trois problèmes récurrents !

Alors, on va les prendre un par un :

  1. Un problème de répétitions trop nombreuses de certains connecteurs (mais, alors…) dans le premier jet. J’ai créé une discussion à ce propos sur Scribay et j’ai reçu globalement deux réponses principales qui m’ont plutôt plu : soit interdire le mot purement et simplement dans un texte, soit, et c’est peut-être la solution la plus universelle, faire une relecture assidue de votre texte à ce propos.
  2. Un autre problème de temporalité. Manque d’expérience de lecture ? Confusion à cause d’un focus trop important sur l’histoire ? Je ne connais pas la cause. Mais en tout cas j’ai une tendance à mettre du passé et du présent mélangés. Je n’ai pas tellement de solution si ce n’est une relecture spécifique pour ce problème. Je me dis également que plus de lecture m’amènerait à plus de facilité à ce niveau.
  3. Une tendance à produire des textes trop complexes à comprendre. C’est encore une fois terrible, à chaque texte depuis le début, j’ai un ou deux paragraphes où je pars carrément en vrille, utilisant des mots de façon trop originale avec des tournures trop complexes… Le tout pour pas grand chose, au final.

Heureux du résultat. Pourquoi ?

Alors, simplement parce que la nouvelle que j’ai écrite me plait, ce qui n’était pas le cas des deux premières, sur lesquelles j’étais assez perplexe. Là, non, j’ai fait des choix, pas toujours les meilleurs, je dois encore faire un nouveau jet bientôt. En tout cas j’ai vite corrigé les défauts exposés au-dessus, et je me suis pas compliqué la vie avec une structure improbable pour une nouvelle. Ah, et je suis enfin sorti de mon ton journalistique que j’emploie d’habitude sans vraiment le vouloir, donc je suis content.

N’hésite pas à me communiquer les problèmes tu rencontres de ton côté, ou à me communiquer ta page d’auteur pour que je t’ajoute sur le côté ! Oh j’oubliais, la semaine prochaine, on se retrouve pour un document déclassé en 2042 par la NSA…

 

Bon dimanche, Lucas Dalva.

Publié dans Bradbury Challenge 2017

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Par Lucas Dalva