Skip to content

Bradbury : bilan cinquième semaine. Urgence !

Bonsoir (ou bonjour, selon) !

Cette semaine premier retard de retour : j’ai passé mon diplôme jeudi dernier, et je l’ai obtenu. Suite à la joie, à un concert, à des sorties entre amis… je savais qu’il allait me rester quelques heures tout au plus pour pouvoir finaliser un texte. Je me suis donc dépêché d’écrire, dès jeudi soir dans mon train de retour Paris-Angers. Et j’en ai profité pour écrire les premières lignes de la nouvelle de cette semaine…

Savoir prendre le temps

C’est une chose que je commence à entrevoir clairement, qui était pour le moment floue. Mais il faut absolument retourner sur son texte pour le travailler à nouveau, au pire, il ne sera que mieux. J’avais cette tendance à vouloir chercher une certaine pureté (hein Hel !) dans mes textes et je croyais que je cassais quelque chose en les retouchant de façon systématique… Mais en fait non, c’est de la pure augmentation. Pour cela, j’irai donc encore plus loin, il est important de partir et de revenir sur son texte. Pourquoi ? Car ta pensée va plus vite que ton écrit et est surtout plus en surface en terme d’écriture mais plus forte en terme d’images. Tu dois donc faire cela, non pas pour continuer ton texte, mais pour l’améliorer.

Les lourdeurs scénaristiques

En fait, j’en fais une section mais je ne sais pas trop quoi en penser. Parfois j’ai l’impression d’être carrément lourd et on me dit que je dois encore être plus clair, et inversement. Le dosage entre lourdeur de l’explication et non-exhaustivité est donc complexe. Mon problème est peut-être surtout, avec le recul, le manque de clarté. J’ai pu en grande partie identifier tout ça grâce à korinne et Hel depuis le début, mais là je m’en rends compte à la relecture de mes premiers jets. Sur les premières nouvelles du Bradbury, j’avais la chance d’être dans des formats qui tendaient vers le journalistique, sur lesquels j’avais déjà des facilités… Il va donc falloir travailler, pas de secret : lire et se relire. 

Et cette semaine ?

Aucune idée encore. C’est la première semaine durant laquelle je n’ai aucune idée émergente.

Je suis maintenant diplômé, et je suis à plein temps sur l’écriture de fictions audios/écrites et sur un projet de plateforme qui concernera l’écriture et l’auto-édition… Je te tiendrai au courant.

Dans tous les cas je suis content de mon amélioration même lente au fil des semaines. Encore merci à Hel et korinne (et Nicolas, quand même, vous pouvez trouver son site en lien sur la gauche <<) !

Je compte cette semaine faire un article sur les différents logiciels pour les auteurs, n’hésite pas à me dire si tu veux que j’aborde un autre sujet en particulier.

 

 

Publié dans Bradbury Challenge 2017

Un seul commentaire

  1. Nicolas serA curieux de voir ce que tu peux produire maintenant que ces contingences de diplômes sont out. Bien sûr, toutes mes félicitations !
    Mais n’oublies pas une chose (et c’est peut-être terre à terre, il faut l’être, parfois) : l’écriture est au delà de ces considérations. Et il y encore des marches à gravir. cela vaut pour chacun d’entre nous. La clarté, ça va venir mais il n’y a pas que ça, en écriture, il y a énormement de facteurs à prendre en compte et déjà la voix que l’on prend – que l’on compte prendre. Tout s’articule autour de ça ! Et il faut travailler autour.
    Rendez-vous semaine 52, et les semaines d’avant, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Par Lucas Dalva